F. Vie Nocturne – Acteurs

22/03/2012

Les États généraux de la nuit : ils ont pour but de créer le dialogue entre les acteurs de la vie nocturne genevoise, les institutions qui la régulent et les noctambules, à travers 5 soirs de conférences. Ils projettent d’élire aussi le Gand Conseil dela Nuit. Leur mission sera de problématiser, de défendre et la valeur et la diversité de la vie nocturne à Genève pour proposer des solutions concrètes. Ils proposent  des réponses aux problématiques nocturnes qui occupent une place importante dans l’actualité genevoise.

 

Les nuits off : L’organisation d’événements (concerts, soirées, etc.) remplit le paysage nocturne des villes. Les règles sur les lieux nocturnes sont de plus en plus strictes : limitation des heures d’ouvertures, multiplication des fermetures administratives dues aux plaintes des riverains, législation sur la consommation d’alcool et de tabac. Cela entraîne plus de gestion : filtrage des entrées et homogénéisation des ambiances (même musique, même décor, etc.)

 

Les grandes entreprises transnationales des loisirs : Ce sont des sponsors de nombreux événements dont ils décident les choix artistiques en créant leurs propres espaces.

 

Les bars/boites de nuit : Lieux ou se déroulent les événement et endroit de divertissement. Ils vendent des boissons et diffusent de la musique pendant toute la soirée.

 

La police : elle joue aussi un rôle dans le monde de la nuit car si il y a une plainte ou un problème, elle vient immédiatement pour régler le cas et est très efficace.

 

L’ARV : C’est une association qui a été créée en 2008, sur la base d’un sentiment de disparition assez drastique des lieux culturels genevois alternatifs, également appelés “émergents”. Le deuxième point frappant ayant contribué à cette création a été le constat que si les logements, les zones d’activités commerciales et les transports sont très bien défendus dans l’établissement des divers plans d’urbanisme en cours, une véritable reconnaissance de l’activité culturelle, et donc de ses besoins spécifiques en terme d’espaces dans la ville et ses alentours est encore malheureusement lacunaire.

Comments :

  1. renaudchristin dit :

    En quoi “les nuits off” sont un acteur ? A préciser, modifier, ou déplacer …
    Qui siège aux états généraux de la nuit ? Que font alors les politiques ? Il me semble qu’il y a plein d’acteurs que vous ne citez pas (propriétaires de bars, boîtes de nuit, la police, les “consommateurs de vie nocturne”, …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *