B. Le Cinéma – Interviews et Bilan de notre démarche

16/03/2012

Compte rendu de l’interview N°1

Tout d’abord, nous gardons un très bon souvenir de cet entretient à la maison des arts Grütli dans le département “Fonction : Cinéma”. C’est une association genevoise pour le cinéma indépendant dans le but d’encourager le développement de la création audiovisuelle à Genève. La directrice, madame Aude Vermeil, était clair et gentille. Elle s’est présentée puis a fait une brève description de son travail ainsi que ces collaborateurs. Ce que nous retenons de cet interview, c’est que le cinéma se base énormément sur l’économie de la ville. La qualité des histoires des film Européens est nettement plus supérieur à celle des Américains. D’ailleurs c’est pour cela que les Américains copient souvent les films Européens. Il y a beaucoup de documentaires en Suisse et de nombreux films multiculturels. Il y a tout bientôt un festival à Genève, montrant ces films là.

Compte rendu N° 2

 

Selon Madame Delpech Clotide, gérante de la bibliothèque de l’école de commerce Aimée-Stitelmann, le cinéma Européens est nettement supérieur niveau qualité comparé au cinéma Américain. Cependant il y a quand même d’après elle beaucoup plus de grosses productions américaines pour faire de gros profits. L’ Europe produit des films plus par passion que par bénéfice. « La Suisse devrait être aidée financièrement pour pouvoir créer plus de films» Voilà ce que pense madame Delpech. L’ Europe devrait faire davantage de Pub et de Marketing pour arriver au niveau Américain.

 

Compte rendu N° 3

 

Nous avons interviewer pour finir, Madame Lonati, enseignante d’italien à l’école de commerce Aimée-Stitelmann. Elle estime que la production américaine est plus élevée que celle des productions Européennes. Néanmoins, tout comme Madame Delpech, elle trouve que la qualité des films Européens est meilleures que le cinéma Américain. Elle donne l’exemple des films italiens des années 60 et les films français. La France selon elle, est le meilleur producteur de film et elle pense que l’Europe devrait plus investir. Elle trouve que la Suisse est plus basée sur des documentaires et court-métrages et de continuer à produire des films multiculturels.

Bilan de notre démarche

Premièrement, nous avons effectuer des recherches à la bibliothèques et sur internet pour trouver des informations susceptibles de nous aider à avancer notre travail. Nous avons, ensuite, réuni les informations trouvée pour commencer à écrire notre travail. Notre travail ayant bien avancer, nous avons chercher à rentrer en contact avec des personnes qui s’y connaissent dans le milieu du cinéma pour leur poser des questions. Pour effectuer notre travail, nous nous sommes répartis les tâches à effectuer. Ainsi le travail était moindres et effectuer plus rapidement. Certaines difficultés sont apparues lors de la mise en communs de nos travaux respectifs. Alors une communication plus approfondie a été nécessaire pour nous entendre. Le travail terminé, il ne nous restait plus qu’a améliorer certains points et finaliser notre travail global.

 

Comments :

  1. renaudchristin dit :

    Qui est la dame de Fonction Cinéma et qu’est-ce que Fonction Cinéma ?
    Qui sont Mme Delpech et Mme Lonati ?

    Bilan insuffisant. Parlez de votre démarche, de vos difficultés, du partage des tâches. Prenez du recul !
    Avez-vous répondu à votre problématique, à vos hypothèses ?

  2. renaudchristin dit :

    Je découvre donc que notre bibliothécaire et Mme Lonati sont des spécialistes du cinéma ! C’est un peu n’importe quoi.
    Il n’y a aucune structure dans vos articles, les liens entre votre problématique, les hypothèses et le traitement de ces hypothèses sont pour le moins peu évident !
    Le français est plutôt approximatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *